Grande Traversée du Mercantour

Etape 11 : Boréon - refuge de la Madone de Fenestre

Randonnée pédestre - Au départ du Boréon

Image en taille réelle, .JPG 0.9Mo (fenêtre modale)|

Etape 11 : Boréon / Refuge Madone de Fenestre

Image en taille réelle, .JPG 583Ko (fenêtre modale)|

Niveau de difficulté

Randonnée alpine

Image en taille réelle, .JPG 108Ko (fenêtre modale)|

Carte de l'étape

Image en taille réelle, .JPG 1.2Mo (fenêtre modale)|

Image en taille réelle, .JPG 125Ko (fenêtre modale)|

Consulter la légende de la carte

Image en taille réelle, .JPG 576Ko (fenêtre modale)|

Présentation de la randonnée

Le Boréon, hameau de St Martin Vésubie, est un site aux multiples facettes. Connu pour son lac et sa cascade, c’est aussi le lieu de nombreuses activités de montagne, il allie en effet les activités hivernales comme le ski de randonnées, de fond, la raquette à neige et l’initiation à l’escalade sur glace.

L’été, les randonneurs investissent les lieux profitant d’un choix de parcours balisés, aux difficultés variables alors que les grimpeurs profitent du massif de la Cougourde réputé pour ses nombreuses voies d’escalade.

De nombreux pêcheurs viennent s’adonner à leur passion dans les eaux cristallines, d’autres préfèrent le parc Alpha pour observer des loups et visionner les différentes scénographies liées à sa présence dans le milieu naturel.

Au-delà de ces activités ludiques, le Boréon était par le passé un lieu d’échange et de communication avec l’Italie, ce commerce s’effectuait majoritairement par le col de Cerise, ancienne route du sel.

C’était également un lieu d’estive pour les troupeaux de bovins, les vacheries bien visibles sur le terrain en témoignent, dont certaines encore utilisées. L’activité forestière déjà existante, a perduré, évoluant au fil des ans avec les nouvelles techniques d’exploitation.

Itinéraire

Depuis le gîte du Boréon prendre la direction du plateau du Cavalet par le GR52 (b371) et continuer à droite à b377.

Monter progressivement dans la forêt de conifères, après une longue traversée au dessus du parc Alpha, continuer à plat (b379) puis franchir un grand couloir d’avalanche et descendre vers le refuge privé Saladin.

Remonter la piste avant de perdre quelques mètres (b380) pour traverser le torrent du Boréon (b421a) et continuer par un petit raidillon pour emprunter le sentier de Cougourde (b421).

Laisser à gauche le chalet Vidron (b422) et sa magnifique cascade puis traverser à nouveau le Boréon (b423).

Continuer sur le GR52 par une légère montée vers Peïrastrèche (pierre étroite) jusqu’au Gias de Peïrastrèche (b424 et 425) et poursuivre plein nord en direction du refuge de Cougourde. A b426, prendre à droite, par un sentier globalement horizontal avant d’apercevoir le verrou du lac (b427).

Atteindre facilement le lac de Trécolpas avec sa petite île caractéristique. Le contourner par le nord et progresser plein est vers le Pas des Ladres qui ferme la vue au loin.

Un faux plat montant puis un enchaînement de lacets permet d’arriver au Pas des Ladres (b428-2448m). Profiter de la vue sur les sommets alentours et sur les nombreux chamois qui colonisent le secteur et descendre au sud est par le GR52 en direction de la Madone de Fenestre par de multiples lacets.

Enchaîner par une longue traversée surplombant d’anciennes moraines glaciaires du quaternaire. Après avoir rejoint la source Magnin qui alimente en eau le refuge, gagner rapidement par la rive droite du vallon le croisement avec le sentier d’accès au lac de Fenestre (b368).

Continuer la descente sur le GR 52, où au détour du chemin, se dévoile le site de la Madone de Fenestre que l’on atteint rapidement, parfois accompagnés par les cris stridents des marmottes qui annoncent l’arrivée.

Accès routier

66 km de Nice (aéroport).

Remonter la vallée du Var par la RD 6202 jusqu’à Plan du Var, puis la vallée de la Vésubie par la RD 2565 jusqu’à St-Martin- Vésubie.

A la sotie du village prendre la RD 89 qui conduit au lac du Boréon, point de départ de l’itinéraire.

Consignes de sécurité

Avant de partir en randonnée, prenez connaissance des consignes de sécurité.

Affichez les consignes de sécurité

La Grande Traversée du Mercantour peut être considéré comme un parcours de grande randonnée à l’image du célèbre GR 20 en Corse, ou du Tour du Mont-Blanc dans les Alpes du Nord. Avant de s’engager il est important de préparer son parcours et de s’entraîner pour apprécier le cumul journalier du temps de marche, la dénivelée, la longueur d’étape et l’alternance de différents supports. 

Une pratique en sécurité

Tout randonneur, aguerri ou débutant qui décide de s’engager, ou d’encadrer un groupe sur un itinéraire, est inévitablement responsable et doit respecter un ensemble de précautions d’usage et des consignes de sécurité.

Préparer sa traversée

Image en taille réelle, .JPG 108Ko (fenêtre modale)|

  • analyser les caractéristiques techniques et les recommandations données dans le guide ;
  • adapter le choix du parcours en fonction des conditions climatiques ;
  • essayer de partir à deux ou en groupe, jamais seul ;
  • signaler son parcours et l’heure approximative d’arrivée ;
  • prévoir un matériel d’orientation et de sécurité complet ;
  • s’assurer de la condition physique, du niveau technique des participants et de l’homogénéité du groupe ;
  • vérifier son sac et n’emporter que des vêtements fiables, de bonne qualité, permettant d’affronter des conditions difficiles ;
  • emporter la carte TOP 25 correspondant au parcours choisi, et éventuellement un G.P.S, où une boussole si le maniement est maîtrisé.

Analyser l’itinéraire

  • s’informer sur les terrains traversés, milieux et espaces (névés persistants…), la nature du support (sentier…) et les obstacles à franchir ;
  • analyser les caractéristiques, regarder sur la carte IGN au 1/25000ème , l’importance de la distance à parcourir dans la journée, la comparer avec celle déjà parcourue ;
  • évaluer l’effort, la technicité des passages et le risque (glissades…) ;
  • prendre en compte l’altitude et l’exposition ; plusieurs étages de végétation se superposent dans lesquels des phénomènes ponctuels et localisés peuvent être observés au cours de la randonnée ;
  • imaginer sur les cartes différentes solutions de repli et des échappatoires permettant de rejoindre la vallée la plus proche en cas d’évènements fortuits ;
  • respecter la réglementation spécifique en adoptant des comportements respectueux dans la traversée des espaces protégés (Parc national du Mercantour et Parco Alpi-Marittime).

 

Consulter les conditions météorologiques

Image en taille réelle, .JPG 108Ko (fenêtre modale)|

Avant tout départ en randonnée, il est indispensable de s’informer sur les conditions météorologiques en appelant le répondeur départemental (Météo montagne 0.899.710.206). Il est conseillé de prendre plusieurs fois les renseignements dans les jours qui précèdent le début du départ afin de suivre l’évolution des prévisions. Dans tous les cas il est impératif :

  • de tenir compte des éventuelles alertes qui peuvent, même en été, se révéler particulièrement soutenues et localisées sur certains secteurs ;
  • d’emporter l’équipement nécessaire à ces altitudes pour supporter de grosses amplitudes journalières des températures ;
  • de ne pas hésiter à annuler une étape, ou prévoir une adaptation du parcours en redescendant plus bas dans la vallée lorsque cela est possible.

Un vent violent, un orage, une pluie soutenue, un coup de froid ou une canicule sur la partie basse de l’itinéraire peuvent compliquer l’évolution du groupe et devenir rapidement critique en terme de sécurité.

Différentes dégradations météorologiques peuvent se produire en montagne. Deux d’entre elles sont particulièrement fréquentes l’été.

L’orage

L’été, en fin d’après-midi, se développent des nuages caractéristiques (cumulonimbus) qui donnent des orages accompagnés de foudre, des chutes de grêle, et de fortes précipitations. Quelques conseils :

  • ne pas s’abriter sous les arbres, y compris isolé sous prétexte de se protéger de la pluie ;
  • éviter de marcher sur les crêtes et les terrains qui rendent vulnérables la silhouette du randonneur. Le principe de base est « ne pas dépasser » en favorisant un arrêt dans une dépression ou une cuvette potentiellement moins escarpée ;
  • éviter de porter sur soi tout objet métallique ;
  • éteindre téléphone portable et radio, sans chercher à utiliser ces appareils ;
  • garder les distances entre chaque participant ;
  • ne pas négliger les précautions à prendre en cédant à la précipitation et à la panique.

Attention !

Une perturbation orageuse peut souvent s’accompagner localement de précipitations abondantes qui favorisent sur les terrains secs des ruissellements importants. Dès lors, dans les passages en corniche, sous les couloirs et dans les pentes dominées par des masses rocheuses, le risque de chutes de pierres est toujours possible ; rester prudent dans la progression afin d’éviter de s’exposer inutilement et de s’engager dans un passage délicat.

Le brouillard

Les conditions du parcours et l’orientation peuvent se révéler délicates en cas d’absence de visibilité. Il est impératif de posséder une carte, une boussole et un altimètre pour repérer sa position et définir la marche à suivre.

Le groupe devra veiller au relief qui est souvent mal évalué ; en cas de doute sur un passage il est préférable de s’arrêter en lieu sûr, de se réchauffer et d’attendre si le bulletin météo l’a précisé la veille, que le brouillard se lève.

Attention !

Les appareils électroniques (type GPS) ne sont pas toujours efficaces dans les données notamment sur l’altitude et peuvent s’avérer défectueux dans la réception des satellites, et ainsi fausser le cheminement.

S’informer sur le niveau de pratique des randonneurs

Chaque randonneur doit connaître ses capacités physiques (état de santé et condition) et son aptitude (niveau technique) à marcher en montagne.

Une pratique régulière de la randonnée et une bonne hygiène de vie, participent à la réussite de la traversée, compte tenu du nombre important de jours à cumuler.

Organiser l’encadrement

Une randonnée, à la journée ou sur plusieurs jours se prépare, afin d’anticiper tout aléa et de suivre un ensemble de préconisations développées dans les paragraphes précédents.

Limiter le nombre de pratiquants dans le groupe afin de faciliter l’organisation et la mise en œuvre de la traversée (réservations…), la progression dans le milieu et le respect des horaires.

Pendant le parcours le randonneur ou la personne qui encadre le groupe devra :

  • partir suffisamment tôt et ne jamais laisser progresser une personne seule ni en surnombre ;
  • rester très vigilant dans la progression : rechercher un rythme régulier en adaptant les pauses de ravitaillement ;
  • s’adapter au terrain et à l’état des chemins et sentiers qui ne correspondent pas toujours aux informations et aux prévisions ;
  • rester en permanence à l’écoute de la montagne ;
  • se méfier des pentes exposées aux chutes de pierres, lorsqu’il s’agit de les traverser ou de passer en contrebas ;
  • modifier si besoin l’itinéraire prévu à l’origine ;
  • surveiller l’évolution du temps ;
  • tenir compte de la fatigue éventuelle de certains membres du groupe ;
  • savoir renoncer, faire demi-tour ou trouver une échappatoire en cas d’incident ou de doute ;
  • rester sur les chemins et sentiers balisés ; certaines traces existantes peuvent mener à une impasse ;
  • observer un espace suffisant entre les randonneurs dans le cas d’une traversée exposée ou, au contraire, resserrer les membres du groupe dans l’ascension d’un passage caillouteux et escarpé.

L’orientation

Savoir s’orienter et se repérer, constitue en montagne l’exigence première. Lire une carte au 1/25000ème, se diriger à la boussole, utiliser un altimètre doivent paraître des gestes aussi naturels et évidents que marcher. La complexité du relief du haut pays avec ses profondes vallées et ses versants escarpés y rendent l’orientation parfois malaisée, inconvénient que s’attache à pallier au mieux la signalétique départementale numérotée.

La cartographie

Illustration fidèle des itinéraires balisés et de la signalétique numérotée, la série TOP 25 échelle 1/25000e) coéditée par l’Institut Géographique National (IGN) et le Département constitue l’outil le plus performant pour évoluer dans le milieu montagnard. La précision de ces cartes (1 cm = 250 m sur le terrain), leur degré de renseignement et leur personnalisation rendent leur usage incontournable. Sept d’entre elles (Haute vallée du Var, Haute Tinée 1 et 2, vallées de la Vésubie, de la Roya, de la Bévéra et Nice-Menton) concernent la Grande Traversée des Alpes-Maritimes.

Attention !

La carte TOP 25 IGN de la vallée dans laquelle on se trouve, constitue le seul document fiable qui garantit un retour dans la vallée en cas de changement d’objectif ou de problème dans le groupe. Il conviendra de se munir de la version à jour de la carte, l’IGN procédant à une actualisation tous les 5 ans environ.

L’enneigement

Persistant en juin et même en juillet, selon les années, au-dessus de 2 500 mètres, il se matérialise surtout sous forme de névés comblant les hauts vallons orientés Nord ou Ouest. Une prudence particulière devra être observée durant la traversée des névés, car la neige durcie ne pardonne aucun faux-pas. Aussi, crampons, piolet voire un bout de corde pour poser une main courante sont utiles en début d’été.

La chasse

Activité ancestrale très prisée des autochtones, la chasse concerne essentiellement la saison automnale. On veillera à observer de la mi-août (sur le littoral) à décembre, les règles du plus élémentaire bon sens : revêtir des tenues voyantes, ne pas s’écarter des sentiers balisés que les chasseurs connaissent, se manifester de façon sonore au moindre doute… . Des panneaux provisoires apposés lors des battues (sanglier notamment) préviennent les randonneurs d’un danger particulier sur les itinéraires pédestres.

Les chenilles processionnaires

En cas de présence de nids ou de procession, désormais particulièrement persistants, éviter de cheminer sur les itinéraires infestés. Dans tous les cas, ne toucher ni les nids, ni les chenilles dont les soies peuvent être dangereuses et causer des problèmes sanitaires.

Pastoralisme

L’élevage pastoral pratiqué dans les Alpes- Maritimes est de type extensif : les troupeaux pâturent sur de grands espaces où ils exploitent la ressource herbacée naturelle. Les troupeaux sont déplacés régulièrement en fonction des saisons pour trouver l’herbe nécessaire à la nourriture des animaux puis laisser à la végétation le temps de repousser.

Les éleveurs sont, soit propriétaires, soit locataires, des espaces où leurs troupeaux pâturent et possèdent à ce titre des droits d’exploitation. Le pastoralisme constitue une activité traditionnelle et patrimoniale.

Il a une fonction sociale et économique importante en zone de montagne.

Les pratiques pastorales jouent également un rôle fondamental dans l’entretien des paysages ouverts, d’écosystèmes diversifiés et d’habitats d’espèces protégées et contribuent activement à la prévention des feux de forêt.

Chien de protection

Image en taille réelle, .JPG 113Ko (fenêtre modale)|

Pour protéger leurs troupeaux contre les attaques de prédateurs, les éleveurs et bergers sont amenés à utiliser des chiens de protection dont la fonction est d’écarter les dangers potentiels en dissuadant tout intrus de s’approcher du troupeau.

Lors de vos randonnées, vous pouvez être amené à rencontrer un troupeau accompagné d’un ou plusieurs chiens de protection.

  • Dans tous les cas : contournez largement le troupeau, quand cela est possible évitez de le traverser.
  • Face à un chien de protection : arrêtez-vous le temps qu’il vous identifie, restez calme, ne le menacez pas, ne le caressez pas.
  • Si la présence de votre chien de compagnie est autorisée sur l’espace que vous fréquentez, tenez-le en laisse. Dans tous les cas, ne prenez jamais votre chien dans les bras.

La montagne et les zones pastorales sont des espaces à partager entre différents utilisateurs. Merci de respecter la quiétude du troupeau et le travail des éleveurs et bergers.