Guide équitation

Circuit du Marguareis

Randonnée équestre - Au départ de Castérino, parking supérieur du parc national (1 700 m)

Caractéristiques de la randonnée

Image en taille réelle, .JPG 482Ko (fenêtre modale)|

  • Type : Equestre
  • Circuit : Castérino / Refuge Barbera / Monesi / La Brigue - 79 kilomètres
  • 1er jour : Castérino - Refuge Barbera - 30,5 kilomètres
    • Dénivelée + : 640 m
    • Dénivelée – : 340 m
    • Période recommandée : juillet à mi-octobre
  • 2e jour : Refuge Barbera / Monesi - 20 kilomètres
    • Dénivelée + : 150 m
    • Dénivelée – : 850 m
    • Période recommandée : juillet à mi-octobre
  • 3e jour Monesi / La Brigue - 28,5 kilomètres
    • Dénivelée + : 780 m
    • Dénivelée – : 1 390 m
    • Période recommandée : juillet à mi-octobre
  • Réglementation Natura 2000
  • Cartographie : TOP 25 - 1:25 000e - N° 3841 OT

Niveau de difficulté

IV fers

Image en taille réelle, .JPG 154Ko (fenêtre modale)|

Carte de la randonnée

Image en taille réelle, .JPG 1.2Mo (fenêtre modale)|

Consulter la légende de la carte

Image en taille réelle, .JPG 654Ko (fenêtre modale)|

Présentation de la randonnée

Image en taille réelle, .JPG 1.7Mo (fenêtre modale)|

Mondialement connu pour la remarquable concentration de gouffres qu’il recèle, le massif karstique du Marguareis offre ses vastes espaces aux randonneurs à partir du début juillet, lorsque la neige libère les pistes d’altitude.

Cet univers à la gloire du minéral, étrange et déroutant, suggère une bonne autonomie, le premier hébergement du parcours, le refuge Barbera, se situant à 30 km du départ.

La “strada dei Ladri” (route des Voleurs) conduit ensuite plus aisément jusqu’à la station de ski italienne de Monesi où l’on fera étape.

La traversée du Marguareis peut être entreprise en attelage par des meneurs confirmés avec des chevaux entraînés en conséquence, les cavaliers montés pouvant, quant à eux, utiliser des portions de sentiers pour raccourcir la distance.

Itinéraire

1er jour : Castérino / Refuge Barbera

Du parking supérieur de Castérino, suivre la piste qui s’élève progressivement en direction de la Baisse de Peïrefique en empruntant un court tunnel.

De la Baisse, la piste rejoint le Fort de la Marguerie, puis l’ancien col de Tende (source sur le bord de la piste, entre les deux forts) ; poursuivre en longeant le Fort Central jusqu’à la balise 338 (option cavaliers).

Garder la piste bien revêtue qui rejoint sans difficulté le col de la Perle (2 068 m - b.326a) et remonte ensuite pour franchir sur une avancée rocheuse, l'un des plus beaux passages de la route militaire.

Se laisser descendre sur la piste empierrée et délicate qui domine les hauts précipices pour rejoindre le col de la Boaïra (2 102 m - b.326) à partir duquel on abandonne la crête frontière pour traverser le massif karstique du Marguareis par une piste très caillouteuse.

Le profil de l'itinéraire est globalement montant avant la descente à Plan Ambreuge.

Le col des Seigneurs s'atteint par une brève montée (2 111 m - b.327) ; le refuge italien de Barbera (étape) est situé en contrebas.

2e jour : refuge Barbera / Monesi

La suite de l'itinéraire se déroule sur la “strada dei Ladri”, versant italien.

Une courte montée précède une descente menant à un beau belvédère au niveau d'un virage de la piste.

Par un profil descendant, rejoindre le col de la Celle Vieille (2 099 m) reconnaissable à ses terres rouges (pélites) qu'on tangente versant Est.

Une très longue traversée à flanc, agréable et roulante dans un mélézin au sous-bois de rhododendrons, permet d'atteindre l'aplomb de la station de Monesi (étape), et rapidement un carrefour de pistes (vacherie sur la droite 1 840 m).

Descendre rapidement et sans aucun problème par la route où alternent béton et asphalte en coupant le tracé des pistes de ski et rejoindre le centre de la station et l’hébergement retenu.

3e jour : Monesi / La Brigue

Reprendre l’itinéraire de la veille jusqu’au croisement sous la statue du Redentore.

Débute alors l’ascension du Pas du Tanarel par de nombreuses épingles (b.277).

La piste redescend et longe le flanc des monts Tanarel, puis Saccarel et se dirige vers la baisse de Colle Ardente (b.270a, 270, 271).

Poursuivre vers le Sud, à l’adret, et atteindre la “Baisse de Sanson” (petit abri forestier en cas d’orage).

Descendre la piste en laissant l’abri sur la gauche, passer devant la fontaine Dux et poursuivre jusqu’au col Linaire.

Au croisement, garder la piste de gauche qui part droit devant (route de l’Amitié) et descend en quelques lacets à une nouvelle patte d’oie.

Prendre à droite la piste qui ramène à Notre-Dame-des- Fontaines (b.265, puis 266).

La descente sur La Brigue s’effectue sur une petite route goudronnée.

NB : Attention ! prudence dans les virages, souvent étroits et exposés au vide, car les pistes fréquentées par des engins à moteur peuvent générer des risques de collision ou des écarts des montures.

Accès routier

69 km de Menton.

Suivre l’autoroute A8 vers l’Est jusqu’à Vintimille (Italie).

Remonter la vallée de la Roya pour atteindre Saint-Dalmas-de-Tende par la Route Départementale RD 6204.

Dans le village, bifurquer à gauche (RD 91) pour rejoindre Castérino par une route étroite et sinueuse de 12 km.

Gagner le parking supérieur.

Prévoir une navette pour récupérer les vans depuis La Brigue.

Consignes de sécurité

Avant de partir en randonnée, prenez connaissance des consignes de sécurité.

Affichez les consignes de sécurité

Il est vivement recommandé de ne jamais partir à l’aventure sans encadrement qualifié, qu’il s’agisse de moniteurs fédéraux bénévoles ou de guides professionnels diplômés.

L'orientation :

Savoir s’orienter, se repérer, constitue sur le terrain l’exigence première. Lire une carte au 1: 25 000e, se diriger à la boussole, utiliser un altimètre ou un GPS doivent paraître des gestes naturels et évidents.

La complexité du relief avec ses profondes vallées et ses versants escarpés y rendent l’orientation parfois malaisée, inconvénient que s’attache à pallier la signalétique départementale numérotée.

Mais le système de balisage a des limites (densité) et des imperfections (dégradations) qu’il faut pouvoir dépasser grâce à sa propre autonomie d’interprétation.

Les intempéries :

Parfois violents et imprévisibles, les orages méditerranéens s’abattent sans sommation sur nos massifs. Leur caractère subit et dévastateur doit être prévenu par un respect de l’horaire (partir le matin) et une consultation préalable de la météo.

Surveiller l’évolution météorologique, agir en fonction de la dégradation du temps, telle doit être la préoccupation permanente du cavalier.

L'enneigement :

En montagne, l’enneigement persistant en juin, et même en juillet selon les années au-dessus de 2 500 m, se matérialise surtout sous forme de névés comblant les hauts vallons orientés Nord ou Ouest.

Une prudence particulière devra être observée durant la traversée des névés, car la neige durcie ne pardonne aucun faux-pas du cheval ; aussi une pelle/pioche est-elle un instrument souvent utile en début d’été.

La cartographie :

Illustration fidèle des itinéraires balisés et de la signalétique numérotée, la série TOP 25 (échelle 1: 25 000e) coéditée par l’Institut Géographique National et le Département constitue l’outil le plus performant pour évoluer dans le milieu montagnard.

La précision de ces cartes (1 cm = 250 m sur le terrain), leur degré de renseignement sophistiqué et leur personnalisation rendent leur usage quasiment incontournable. Quatorze cartes TOP 25 concernent le département des Alpes-Maritimes.

Le pastoralisme :

  • Respectez les pâturages qui traditionnellement ne sont pas clôturés dans les Alpes.
  • Ne dérangez pas les troupeaux, arrêtez-vous pour les croiser ou contournez-les sans les effrayer.
  • Attention ! depuis le retour du loup dans le Mercantour, un certain nombre de troupeaux d’ovins sont gardés par des chiens bergers des Pyrénées (gros chiens blancs) surnommés “patous”. Ces chiens attaquent tout animal ou individu qui s’approche du troupeau. Si le berger n’est pas présent sur les lieux, la plus grande prudence s’impose. Gardez au maximum vos distances.

La chasse :

Activité ancestrale très prisée, la chasse concerne essentiellement la saison automnale et on veillera à observer, de septembre à janvier, les règles du plus élémentaire bon sens : revêtir des tenues voyantes, ne pas s’écarter des sentiers balisés que les chasseurs connaissent, se manifester de façon sonore au moindre doute…

Des panneaux provisoires apposés lors des battues préviennent les cavaliers d’un danger particulier sur les itinéraires balisés.

La météo (réponseur 08.99.71.02.06) :

Avant toute sortie en montagne, il est conseillé de s’informer sur les prévisions météorologiques en appelant le répondeur départemental de Météo France. Cela permettra d’éviter certaines déconvenues et d’adapter ses déplacements et ses horaires en fonction de la situation climatique.