Trail

Tour des cantons

Parcours de trail 45,3 kilomètres. Dénivelé +3751/-3751 mètres.

Image en taille réelle, . octets (fenêtre modale)

Caractéristiques de la randonnée

  • Commune : Saint-Martin-Vésubie
  • Montée : +3751 mètres
  • Descente : -3751 mètres
  • Distance : 45,3 kilomètres
  • Durée : 8 à 20 heures selon niveau
  • Période conseillée : juin à septembre
  • Cartographie : carte Top 25 “Vallée de la Vésubie” n° 3741 OT

Voir les définitions des caractéristiques

Niveau de difficulté

Carte et profil du parcours

Image en taille réelle, .JPG 1.2Mo (fenêtre modale)|

Image en taille réelle, .JPG 190Ko (fenêtre modale)|

Consulter la légende de la carte

Image en taille réelle, .JPG 264Ko (fenêtre modale)|

Présentation du parcours

Cet itinéraire d’envergure, accessible aux plus affûtés, s’effectue principalement sur des lignes de crêtes, dont une partie dans la Tinée (canton de Saint-Sauveur-sur-Tinée) limitrophe avec la vallée de la Vésubie, qu’il traverse sur ses trois cantons de Saint-Martin-Vésubie, Roquebillière et Lantosque.

Par son profil alternant points hauts et milieu de vallée, il vous offrira de magnifiques panoramas sur les villages environnants et sur les chaînes de montagnes qui s’étendent depuis la côte, des préalpes karstiques jusqu’aux plus hauts sommets cristallins des massifs de l’Argentera et du Mercantour. Au passage sur la Cime de la Valette de Prals, point culminant du parcours à 2 496 m, vous découvrirez par temps clair la Corse, qui se détache de la ligne d’horizon au sud-est.

Itinéraire

Depuis l’Office de Tourisme de Saint-Martin-Vésubie, descendre l’avenue Kellermann et Serrurier jusqu’à la porte Sainte-Anne, tourner à droite pour traverser la M 2565 (b.59) puis continuer par le passage Charles-Soleri pour franchir le torrent du Boréon par un pont voûté.

Arrivé au square des Anciens-Combattants (b.58), prendre à droite par le sentier vert. Par une alternance de passages au revêtement naturel ou asphalté, atteindre via b.75, b.74 pour traverser la M 31 en direction du quartier Saint-Nicolas par la promenade Vincent-Paschetta.

Franchir le vallon du Vernet face à b.73 et poursuivre en direction du quartier Saint-Nicolas jusqu’à b.72. Prendre à gauche une route assez raide qui rejoint le GR 52A à b.71 et le suivre jusqu’au col Saint-Martin via b.327 pour atteindre la M 2565 à b.92. L’itinéraire serpente dans un premier temps au milieu d’anciennes terrasses de cultures puis traverse une forêt de pins sylvestres en passant aux pieds des deux tunnels routiers conduisant à La Colmiane.

Emprunter la M 2565 (b.92a) jusqu’au col Saint-Martin que l’on franchit pour prendre à gauche la piste (b.93) qui s’élève en direction du col du Varaire. À b.94, prendre à gauche le sentier qui mène au col du Varaire, en passant sous le téléski de Saint-Dalmas-Valdeblore.

Profiter de cette traversée ascendante herbacée et des trouées dans le mélézin pour apercevoir en contrebas le village de Saint-Dalmas-Valdeblore et au sud le sommet du Caïre Gros. Rejoindre le GR 5 à b.98 et le suivre jusqu’au col du Varaire (b.310 - 1 710 m).

Continuer par le GR 5 en direction du col des deux Caïres. Le sentier se poursuit dans le versant nord du Caïre Gros, zone d’exploitation forestière et offre au passage des trouées d’avalanches, un point de vue sur le vieux village de Saint-Dalmas-Valdeblore avec au nord le vallon de Bramafam. Après plusieurs lacets, atteindre le col des deux Caïres (b.99 - 1 921 m) et quitter le Valdeblore en direction du Tournairet par le GR 5.

Par un long travers au milieu de la pelouse alpine, atteindre b.101, monter régulièrement puis redescendre légèrement jusqu’à la Baisse de la Combe (b.317).

Poursuivre en direction du Collet des Trous par un travers régulier sous couvert forestier en suivant le GR 5 jusqu’à b.318, puis s’engager à gauche sur une portion plus raide par le versant nord du mont Tournairet jusqu’à b.319. À b.319, descendre par le GR 5 plein est pour atteindre b.320. Suivre la piste qui monte progressivement jusqu’à la Pointe de Siruol où l’on observe des vestiges de la seconde guerre mondiale dont des inscriptions gravées dans les grès. Continuer au nord, par une légère descente, puis remonter en direction de la Tête de Siruol (2 053 m).

Profiter du panorama sur les sommets et sur les villages de la Vésubie avant de plonger plein est en direction de Roquebillière.

Après une portion raide dans l’alpage jusqu’à b.232 suivre une sente et atteindre b40 (via b.233) par un passage sous couvert forestier plus ou moins dense. Descendre dans le vallon des Vilettes jusqu’à b.39 et prendre la piste pour rejoindre b.38 que l’on quitte au profit d’un sentier qui coupe les lacets de la route desservant des quartiers de Roquebillière via b.37 et b.36.

Atteindre la M 69, prendre à gauche pour traverser la Vésubie jusqu’à b.81 et entamer la remontée vers Belvédère. L’itinéraire s’élève dans le flanc ouest du village et coupe à plusieurs reprises la M 71 via b.84, b.85 jusqu’à b.86 où l’on monte pour rejoindre la place de l’église. Poursuivre sur le GR 52A par la rue Marcel Ferrier en direction du cimetière pour atteindre b.87 et continuer vers la place d’Armes.

Après la chapelle du Planet, le parcours emprunte une portion de piste que l’on quitte à b.290 pour longer bientôt un canal d’arrosage sur quelques centaines de mètres. Bifurquer à droite en suivant le balisage du GR et monter progressivement sous un couvert de feuillus, jusqu’à b.289. Quitter le GR 52 A, monter en direction de la Croix du Serre en traversant la route des Blancons (b.439).

L’ascension se poursuit par une pente soutenue, sous la ligne de crête dans un couvert forestier de pins sylvestres jusqu’aux “Tres Crous” (trois croix) via b.302 et b.301.

Un mélézin clairsemé prend le relais et la pente s’atténue légèrement au milieu de blocs de schiste pour atteindre la lisière de la forêt. L’itinéraire se poursuit dans l’alpage sur la ligne de crête puis emprunte plusieurs passages rocheux pour atteindre la cime du Mont Joia.

Après une courte descente vers b.300, continuer au nord par une sente en versant ouest de la crête, puis par une succession de lacets, atteindre b.299 au pied de la cime de la Valette de Prals ancienne frontière franco-italienne jusqu’en 1947. Par un rapide aller-retour à la cime, profiter du panorama à 360° sur le paysage environnant.

De b.299, amorcer la descente dans l’alpage en direction de la Baisse de Férisson par un sentier très agréable à fouler. Après b.298, l’itinéraire se poursuit par une succession de replats et lacets qui permettent de perdre de l’altitude pour rejoindre la Baisse (b.297 - 2 254 m).

Prendre à l’ouest en direction de Saint- Martin-Vésubie. Après une courte montée sous le mont Lapassé, le sentier descend en lacets sur une crête qui offre une vue plongeante sur la vacherie de Férisson et se poursuit à plat vers la droite en contournant la cime de Clapeirette.

Une cabane pastorale située en contrebas témoigne de la présence de troupeaux d’ovins ; au passage d’un collet, profiter une dernière fois du point de vue sur les sommets du Mercantour.

Après une courte montée, continuer à flanc de montagne ; le sentier surplombe dans un premier temps, le plateau de Berthemont puis dévoile, au fil de sa progression, les villages de la Vésubie.

Descendre en lacets vers un éperon rocheux et continuer jusqu’à b.345 en direction de Saint-Martin-Vésubie. À b.345 bis, poursuivre à gauche en évitant l’ascension de la cime de la Palu. Au passage d’une crête, le sentier offre un point de vue nouveau sur Venanson et le col Saint-Martin, puis pénètre en forêt de mélèzes et pins sylvestres. Après une clairière, la pente s’accentue en de multiples lacets puis s’atténue avant de rejoindre b.344.

Le cheminement se poursuit sur une crête marquée par des incendies successifs, avant de continuer au nord au milieu d’épicéas et sapins pour atteindre le bout de la piste du Puey.

De b.343, redescendre en direction du chemin de Berthemont par la Puey inférieure via b.342, b.341, b.340. À b.339, emprunter le GR 52A qui suit la route jusqu’à Saint-Martin-Vésubie (b.337, b.77 et b.60). À b.60, descendre à gauche la rue du Docteur-Cagnoli pour rejoindre le point de départ de l’itinéraire.

Accès routier

59 km de Nice (aéroport)

Remonter la vallée du Var par la M 6202 jusqu’à Plan-du-Var. À la sortie du village, prendre à droite la vallée de la Vésubie (M 2565) jusqu’à Saint-Martin-Vésubie. Stationner à proximité de la médiathèque départementale ou au parking de la piscine.

Consignes de sécurité

Avant d'emprunter un parcours de trail, prenez connaissance des consignes de sécurité.

Affichez les consignes de sécurité

L'orientation

Savoir s’orienter, se repérer, constitue en montagne l’exigence première. Lire une carte au 1:25.000e, se diriger à la boussole, utiliser un altimètre doivent paraître des gestes aussi naturels et évidents que marcher. La complexité du relief du haut pays avec ses profondes vallées et ses versants escarpés y rend l’orientation parfois malaisée, inconvénient que s’attache à pallier au mieux la signalétique départementale numérotée. Mais le système de balisage a des limites (densité) et des imperfections (dégradations) qu’il faut pouvoir dépasser grâce à sa propre autonomie d’interprétation.

Les intempéries

Parfois violents et imprévisibles, les orages méditerranéens s’abattent sans sommation sur nos massifs. Leur caractère subit et dévastateur doit être prévenu par un respect de l’horaire (partir le matin) et une consultation préalable de la météo. Surveiller l’évolution météorologique, agir en fonction de la dégradation du temps, telle doit être la préoccupation permanente du traileur en altitude.

L'enneigement

Persistant en juin, et même en juillet selon les années au-dessus de 2 500 m, il se matérialise surtout sous forme de névés comblant les hauts vallons orientés Nord ou Ouest. Une prudence particulière devra être observée durant la traversée des névés, car la neige durcie ne pardonne aucun faux-pas. Aussi crampons et piolet sont-ils des instruments souvent utiles en début d’été.

La météo

Avant toute sortie en montagne, il est conseillé de s’informer sur les prévisions météorologiques en appelant le répondeur départemental de Météo France. Cela permettra d’éviter certaines déconvenues et d’adapter ses déplacements et ses horaires en fonction de la situation climatique.

MÉTÉO MONTAGNE : 08 99 71 02 06

La cartographie

Illustration fidèle des itinéraires balisés et de la signalétique numérotée, la série TOP 25 (échelle 1:25 000e) coéditée par l’Institut Géographique National et le Département des Alpes-Maritimes constitue l’outil le plus performant pour évoluer dans le milieu montagnard. La précision de ces cartes (1 cm = 250 m sur le terrain), leur degré de renseignements et leur personnalisation rendent leur usage incontournable. Trois d’entre elles (vallée de la Vésubie, haute Tinée, moyenne Tinée) concernent le guide Randoxygène Trail.

Le pastoralisme

  • Respectez les pâturages qui traditionnellement ne sont pas clôturés dans les Alpes.
  • Ne dérangez pas les troupeaux, arrêtez-vous pour les croiser ou contournez-les sans les effrayer.
  • Attention ! Depuis le retour du loup dans le Mercantour, un certain nombre de troupeaux d’ovins sont gardés par des chiens bergers des Pyrénées (gros chiens blancs) surnommés “patous”. Ces chiens attaquent tout animal ou individu qui approche du troupeau. Si le berger n’est pas présent sur les lieux, la plus grande prudence s’impose. Gardez vos distances.

La chasse

La chasse est une activité ancestrale très prisée dans le haut pays (hors coeur de parc), elle ne concerne toutefois et essentiellement que la saison automnale. Dans un objectif de partage de l’espace en bonne intelligence, la définition des parcours de la Station de Trail® a fait l’objet d’une concertation avec les principales associations de chasse concernées. En règle générale, au-delà des conseils de prudence en montagne, on veillera à observer les règles élémentaires du bon sens : revêtir des tenues voyantes, ne pas s’écarter des sentiers balisés que les chasseurs connaissent, se manifester de façon sonore au moindre doute…

Avertissement

Les guides RandOxygène vous proposent une grande variété d’itinéraires à parcourir dans le cadre des différentes activités de pleine nature. Ces activités se déroulent dans un milieu naturel parfois difficile et soumis aux aléas climatiques. Chaque usager évolue en fonction de ses capacités dans ce milieu sous sa propre responsabilité en connaissance des dangers encourus liés au milieu ou à l’activité et doit prendre les précautions nécessaires pour une pratique en toute sécurité. Les renseignements fournis dans ce guide sont donnés à titre d’information ; ils ne dispensent pas de faire preuve de vigilance et de bon sens et d’adapter votre comportement aux circonstances effectivement rencontrées sur le terrain. Une vigilance particulière devra être portée lors des franchissements des passages à gué. De même, les itinéraires peuvent emprunter ponctuellement des portions de route ou les traverser. Soyez prudent et respectez les règles de sécurité s’agissant notamment de la visibilité des véhicules circulant sur ces portions de voies.

Les grands projets du Département